Demande de restitution des œuvres traditionnelles

Demande de restitution des œuvres traditionnelles par le président Mobutu et la conférence sur la protection des œuvres traditionnelles

La question de la restitution au Zaïre avait émergé avec l’avènement de l’indépendance du Zaïre dans les années 1960 et ne datait pas seulement des années 1970 par la demande de Mobutu. Dans les années 1960, il avait été réclamé à la Belgique la restitution des collections du MRAC mais aussi les bâtiments de ce musée, ce qui ne fut jamais accordé par la Belgique1.

Lors de son discours du 12 septembre 19732, le Président Mobutu sollicita de l’AICA d’inscrire une mention dans une résolution du congrès pour une restitution au Zaïre de son patrimoine d’art traditionnel car « l’art est la façon la plus sublime et la plus palpable pour extérioriser l’authenticité. »3. Il avait établi le lien entre authenticité et l’art, entre les pillages de l’art traditionnel qu’il qualifiait de systématiques. La volonté du Zaïre de reconstituer son patrimoine artistique était difficile car des œuvres d’art uniques se trouvaient en occident. Pour justifier ses propos le Président Mobutu s’appuyait sur l’ouvrage de Joseph Aurélien Cornet L’art de l’Afrique noire, au pays du fleuve Zaïre4publié en 1972 à l’initiative du Zaïre dont l’iconographie était constituée de deux cent quatre vingt dix sept œuvres appartenant à des collections privées ou des musées occidentaux5. Ce qui l’amena à considérer la résolution comme un acte historique si elle était réellement adoptée. La restitution permettrait aux pays pauvres, de retrouver les œuvres pillées puisqu’elles « ne sont plus à la portée de leur bourse, alors que ceux qui les possèdent aujourd’hui les ont eues pour rien »6. Le Président évoqua la collecte des œuvres dans les tribus qui se constituait par le travail du personnel de l’IMNZ qu’il avait créée. Sans les nommer, il évoqua plusieurs anciens administrateurs coloniaux qui avaient rendu des objets d’art traditionnels puisqu’ils avaient compris l’intérêt que portait le Zaïre à sa culture.

Le discours d’ouverture prononcé par le Président Mobutu fut diffusé dans les médias7, Le 13 septembre 19738, le journal Salongo en fit un résumé, et titra « Le chef de l’État à l’ouverture du congrès de l’AICA : « Les pays riches possédant des œuvres d’art des pays pauvres, doivent en restituer une partie ».

A trois reprises Bondo Nsama publia un article titré « message aux congressistes de l’AICA »9 le 14 septembre, du 15 au 16 septembre et le17 septembre 1973 dans Salongo. Ilavait repris des éléments du discours du Président comme l’authenticité et la demande de restitution, qui notifiait également que congrès se tenait au Zaïre.

La restitution pouvait être envisagée puisque des règlements législatifs étaient mis en place. Le 13 septembre 1973.

Safiri Losima Nzembele, assistante à l’IMNZ, prit la parole au sujet de laProtection des œuvres artistiques anciennes et contemporaines au Zaïre10, concernant les différentes périodes de la protection ou absence de protection de l’art. La période pré-coloniale la négligea, c’est-à-dire que les œuvres lorsque leurs fonctions avaient été remplies, elles étaient destinées à être abandonnées sans conservation. Elle donnait l’exemple des masques de danses qui étaient renouvelés à chaque nouvel événement.

Lors de la colonisation, il arriva que des religieux détruisent des objets de croyances africaines, qu’il s’agisse de fétiches ou de statuettes. Pour éviter une destruction totale, elles furent cachées par des Africains. Dans le même temps, l’intérêt d’Européens grandissait pour la production artisanale africaine et la constitution de collections européennes d’art africain. C’est le cas de musées, notamment du MRAC à Tervuren qui accueillirent l’art africain dans leurs collections. Ces objets furent alors considérés d’un point de vue ethnographique. Cependant, en Afrique, « avec l’influence européenne, l’originalité des productions noires commençait à diminuer… »11. Ce fut en 1935 que fut créée la commission pour la protection des arts et des métiers indigènes, le COPAMI, entérinée par décret du 16 août 1939 pour la protection et la conservation des objets ayant un intérêt artistique, historique, archéologique et préhistorique. Par la suite il fut créé plusieurs musées, le musée de la vie indigène de Kinshasa, un musée à Lubumbashi, et le musée de Kananga. Mais les autorités n’avaient que peu d’intérêt pour les arts.

Dans les premiers temps de l’indépendance, la vie culturelle fut mise à mal par le pillage d’une grande quantité d’œuvres de qualité, dépouillant les musées de Kinshasa, de Lubumbashi et de Kananga.

C’est sous la présidence de Mobutu que fut prise en considération la culture, initialement dans le manifeste du Mouvement Populaire de la Révolution (MPR), où il était écrit que « les mouvements du passé du Zaïre, le folklore national seront protégés ou restaurés. L’importance des arts africains sera mise en évidence et particulièrement explicitée dans la vie culturelle mondiale »12.

Safiri Losima Nzembele avait parlé de l’IMNZ, créée le 11 mars 1970, constituée d’un ensemble de musées, ceux de Kananga, de Lubumbashi, de Mbandaka, et de Kinshasa.

L’IMNZ avait un rôle de protection des œuvres d’art, des objets et des monuments d’intérêt public mais également des sites archéologiques. Ses attributions portaient sur les inventaires et la conservation des objets dans les Musées de l’État. Quant aux institutions privées, l’IMNZ pouvait exercer ses prérogatives de droit d’inspection, d’inventaire et conservation. Le cas échéant, en cas de refus d’inspection une amende pouvait être administrée.

Ce fut dans une ordonnance de la loi du 15 mars 1971 que le rôle de la protection et conservation des biens culturels fut confié à l’IMNZ concernant les biens mobiliers (sciences) et immobiliers (histoire, art, archéologie). À cela s’ajoutait la création d’une commission de classement des biens culturels dans le département de la culture et des arts.

En ce qui concerne le classement d’objets/œuvres ou de bâtiments l’intention de classement, lorsqu’il s’agissait d’un bien privé, devait être signalée à la personne propriétaire de cette intention. L’intention de classement était d’une durée d’une année. Si ce classement entraînait un préjudice pour les propriétaires, une indemnité était versée. Toute modification ou restauration nécessitait l’accord de l’IMNZ.

Il était interdit d’exporter des objets classés ou des objets antiques, classés ou pas. Une dérogation pouvait être obtenue, mais seulement sur autorisation du Commissaire d’État à la Culture et aux Arts ayant préalablement pris avis de Lucien Simon Cohn, alors directeur général de l’IMNZ.

En ce qui concernait les recherches et plus particulièrement les fouilles archéologiques, il fallait une autorisation du Commissaire d’État à la Culture et aux Arts. Si un propriétaire découvrait un objet sur son terrain, il en était le propriétaire et si l’état voulait en prendre possession, il devait par conséquent octroyer une indemnité.

L’IMNZ avait pour rôle également rassembler une collection d’œuvres avant que celles-ci ne disparaissent. La collection de l’IMNZ était passée de dix mille objets en 1971 à vingt-cinq mille objets en 1973. L’IMNZ s’occupait également de la musique en enregistrant des musiques traditionnelles. Avant la tenue du congrès extraordinaire de 1973, il y eut l’enregistrement et la sortie de deux disques de musique traditionnelle.

La protection des œuvres artistiques modernes dans cette conférence ne fut pas abordée.

La conférence Protection des œuvres artistiques anciennes et contemporaines au Zaïre, fut suivie d’une discussion13 sur la législation zaïroise quant à la restitution dans ses aspects juridiques et quant à la restitution au niveau Européen et plus particulièrement en Italie avec Giulio Carlo Agran.

Des questionnements et des comparaisons entre pays sur différents aspects de protections furent posés. Comparativement au le Brésil Flavio Lichtenfels Motta demanda si les lois de protection du Zaïre protégeaient également les paysages de la même façon que l’archéologie, la réponse fut négative. Pour les paysages, la protection relevait du ressort de l’Institut des Parc Nationaux. Quant à la France, Pierre Guerre « déclare que la législation zaïroise est semblable à celle de la France »14, il ajouta qu’« elle lui paraît irréprochable et même mieux »15 puisque la législation zaïroise permettait de mettre une amande lorsque la personne disposant des biens culturels refuse l’inventaire, ce qui favorisait la limitation d’exportations d’objets vers d’autres pays. À cela Pierre Guerre voulait que le Zaïre adopte une législation analogue au Pérou16 pour lutter contre les fouilles clandestines.

Giulio Carlo Agran avait posé le principe « que les patrimoines artistiques nationaux doivent être gardés dans leur place d’origine non pas dans le but d’orgueil national mais scientifique, c’est-à-dire que les matériaux très importants de l’histoire ne peuvent pas être déplacés et soustraits à la possibilité de les étudier »17. Pour Monsieur Kangafu il existait un caractère politique, un orgueil et une richesse nationale pour l’Afrique et pour l’Europe un caractère scientifique et culturel pour la protection.

Selon Giulio Carlo Agran, le Zaïre était confronté aux mêmes difficultés qu’en l’Europe, c’est-à-dire que l’Europe n’avait pas réalisé un inventaire complet des patrimoines artistiques. ce qui était le cas de l’Italie dont problème datait de la fin du XIXe siècle. Une catalogation complète des patrimoines artistiques permettait de protéger le patrimoine et d’en approfondir la connaissance.

Quant aux fouilles clandestines, elles existaient également en Europe et plus particulièrement Italie. La conséquence était de faire perdre aux objets leur valeur artistique une fois restitués. Giulio Carlo Agran préconisait aux pays Africains de considérer les œuvres d’art comme des documents historiques qui, exportés, ferait perdre aux objets authentiques leur valeur et leurs significations. Pour expliquer cela, il avait pris l’exemple d’expositions en Europe d’ œuvres africaines dont les visiteurs « ne parviennent pas à placer ces objets dans leur véritable contexte, malgré les étiquettes indiquant leur pays de provenance »18. Considérer un objet comme un document historique ne serait-il pas faire de l’ethnographie et par conséquent une exposition en Europe dont seuls les objets d’art traditionnel africains seraient montrés, les visiteurs seraient égarés face aux œuvres.

Giulio Carlo Agran évoquait une convention à l’étude à l’UNESCO concernant les œuvres étrangères dans les musées à l’encontre les lois du pays d’où elles provenaient. Ces œuvres devaient être remboursées selon la convention, ce qui posait le problème de la restitution, puisque l’objet était acheté et donc pour une restitution, il faudrait un remboursement de la part de celui qui demande restitution. Pour Giulio Carlo Agran, il fallait disposer d’une législation internationale et exiger par des voies juridiques une restitution immédiate sans remboursement.

Le Zaïre, pour Giulio Carlo Agran, devrait laisser un certain nombre d’œuvres être vendues à l’étranger mais à un prix élevé sur avis du bureau d’expert de l’IMNZ, pour potentiellement diminuer le nombre d’objets vendus illégalement. Le Zaïre ne disposait pas d’une équipe d’experts qui pourrait permettre la valorisation des œuvres d’art sur le marché européen et qui s’occuperait d’établir un catalogue du patrimoine artistique zaïrois. Selon Giulio Carlo Agran, il s’agit du seul problème du Zaïre.

Giulio Carlo Agran avait parlé d’inscrire une résolution permettant de prendre contact avec des gouvernements européens et américains sur le problème de la restitution des objets d’art qui concernait de nombreux de pays. La proposition avait été acceptée en séance de clôture. René Berger préconisait l’intervention de la télévision et de la radio. Monsieur Livio, en tant que journaliste à l’ORTF Radio Suisse, proposait de faire une intervention sur sa radio. Il avait invité les autres journalistes à en faire de même. La résolution avait été rédigée conjointement par Madame Paradis, Messieurs Guerre, Burchat, Kuhirt, Motta, Rouillet et Sandstrom, le Zaïre était représenté par Badi-Banga, Kangafu et Cornet.

Dans la résolution du IIIe congrès extraordinaire de 197319, plusieurs points furent abordés pour la restriction, notamment que le Zaïre et plus largement l’Afrique avait été dépossédée des œuvres de sa culture par des sorties clandestines ou par dilapidation. Le terme spoliation n’avait pas été employé. Il fut établi le constat de l’existence d’une législation en Afrique pour la protection du patrimoine artistique national et l’AICA sollicitait les pays membres de l’UNESCO à reconnaître cette législation et qu’elle soit appliquée. Il était également demandé que par la coopération soient examinés les problèmes d’échanges d’œuvres et de retours volontaires. Au-delà, l’AICA désirait que les hautes instances internationales mettent en place une législation générale et unifiée et que les pays membres de l’UNESCO réalisent un inventaire systématique du patrimoine artistique ayant pour but leur préservation.

Il fut préconisé la création d’un Institut International pour les études africaines dont le siège de la Commission Permanente serait en Afrique. Il serait dédié aux questions méthodologiques d’histoire de l’art et d’archéologie africaine, de muséographie afin de permettre à l’Afrique de se placer au centre des études africaines. Et pour que ces recommandations connaissent un impact, il avait été décidé d’utiliser les mass media.

Joseph Aurélien Cornet précisa que le MRAC avait décidé une restitution de deux cents pièces.20

1Ibid.

2Compte-rendu 1 du Congrès, 12 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6.

3Compte-rendu 1 du Congrès, 12 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p14.

4CORNET, Joseph-Aurélien, Art de l’Afrique Noire au pays du fleuve Zaïre, Bruxelles, Arcade, 1972.

5L’art de l’Afrique noire, au pays du fleuve Zaïre, livre de Joseph Cornet dont l’iconographie était faite à partir des collections de Jef Vander Straete (Lasne), des musées royaux d’art et d’histoire (Bruxelles), de René Vander Staete (Bruxelles), de Théo Verwilghen (Bruxelles), du Musée Royal de l’Afrique centrale (Tervuren), du Baron Lambert (Bruxelles) et la collection de Carl Provost (Vermont, USA).CORNET, Joseph-Aurélien, Art de l’Afrique Noire au pays du fleuve Zaïre, Bruxelles, Arcade, 1972, p. 355-360.

6Compte-rendu 1 du Congrès, 12 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 15.

7N. s., « Le chef de l’état à l’ouverture du congrès de l’AICA : « les pays riches possédant des œuvres d’art des pays pauvres doivent en restituer une partie » », Salongo, n° 58, 14 septembre 1973, p. 3.

8MULUMBA KIN-KIEY, « Le chef de l’état à l’ouverture du congrès de l’AICA : « les pays riches possédant des œuvres d’art des pays pauvres doivent en restituer une partie » », Salongo, n° 57, 13 septembre 1973, p. 2 et 8.

9NSAMA, Bondo, « message aux congressistes de l’AICA », Salongo, n° 58, 14 septembre 1973, p. 1-2.

NSAMA, Bondo, « message aux congressistes de l’AICA », Salongo, n° 59-60, 15 et 16 septembre 1973, p. 2.

NSAMA, Bondo, « message aux congressistes de l’AICA », Salongo, n° 61, 17 septembre 1973.

10Communication de Nzembele-Safiri-Losima, 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6.

11Communication de Nzembele-Safiri-Losima, 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 3.

12Communication de Nzembele-Safiri-Losima, 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 1.

13Compte-rendu du congrès, 13 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6.

14Compte-rendu du congrès, 13 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 2.

15Compte-rendu du congrès, 13 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 3.

16Les objets en or péruviens qui venaient de fouilles clandestines étaient vendus au prix de l’or par les trafiquants (et étaient donc fondus). Pour lutter contre, le gouvernement péruvien avait acheté ces objets au prix de l’or plus dix pourcents. Compte-rendu du congrès, 13 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6.

17Compte-rendu du congrès, 13 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 8.

18Compte-rendu du congrès, 13 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 10.

19Résolution, 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-7.

20Compte-rendu du congrès, 13 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 13.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.