Introduction sur les conférences

L’AICA à la rencontre de l’Afrique : les conférences

Les conférences et débats sur l’art traditionnel, la question de la restitution des œuvres et de leur protection.

Les conférences avaient abordé la culture Zaïroise selon deux aspects. D’une part, la culture traditionnelle plus ancienne issue d’une histoire assez longue, considérée sur le déclin mais encadrée par un ensemble de lois promulguées sous le régime du Président Mobutu permettant sa protection, accompagnée de la demande de restitution des œuvres traditionnelles au pays. Pour ces raisons, dans ce domaine, fut privilégiée une présence importante d’intervenants alors que, d’autre part, la culture moderne zaïroise assez récente, de moindre importance se cherchait une voie, qui cependant était marquée par la présentation des nouvelles technologies appliquées aux mass media en présence au Zaïre.

Lors du congrès, le contenu de chaque conférence était remis aux congressistes avant sa tenue afin qu’ils puissent en prendre connaissance et envisager une intervention lors du débat qui suivait. Les conférences et les débats furent archivés et donnèrent lieu à des communications et comptes rendus synthétiques.

La visite de l’exposition Trésors de l’art traditionnel le 12 septembre 1973 à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa fut suivie de la conférence Approches de l’art négro-Africain présentée par Joseph-Aurélien Cornet, et le 14 septembre 1973 de celles de Lema Gwete sur l’Art traditionnel et sociétés Africaines et de Nda-Ngye-Mpia1 sur L’art et le statut de l’artiste au Zaïre.

1Nda-Ngye-Mpia ( – ) avait fait des études en science économique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.