Les congressistes et les invités, IIIème congrès de l’AICA

Les congressistes et les conférenciers : une rencontre ayant pour objet l’art traditionnel et l’art moderne au Zaïre en 1973.

La rencontre entre les congressistes invités et les conférenciers « autochtones » a été d’emblée rendue possible en raison de passions communes pour l’art traditionnel africain. Certes, les invités étaient davantage des critiques d’art et des collectionneurs, comme Pierre Guerre (1910 – 1978), avocat au barreau de Marseille. Très jeune, il constitua une collection d’œuvres d’art traditionnel d’Afrique. Parmi les invités Robert Cornevin (1919 -1988), était un historien passionné qui avait publié un ouvrage considérable sur l’Afrique en 1956 Histoire de l’Afrique des origines à nos jours et soutenu sa thèse en 1960 consacrée à Une histoire des peuples d’Afrique. La même année, il fut nommé directeur du Centre d’Études et de documentation sur l’Afrique et l’Outre-mer et en 1961, il créa la revue trimestrielle Afrique contemporaine1.

Au-delà, d’une rencontre centrée sur l’Afrique noire fut invité Taha Hussein (1889- oct.1973)2, qui fut un écrivain égyptien des plus influents XX° siècle3 et prix Nobel de littérature, prix des droits de l’Homme des Nations Unies, Il œuvra pour le rapprochement des cultures Islamiste et Occidentale y voyant une richesse qui se complète.

Il fut à la division culturelle de l’UNESCO et représentait le directeur général de l’UNESCO lors du congrès extraordinaire de l’AICA en 1973. Il avait été le symbole de l’estime à l’UNESCO à L’AICA.

S’il est possible de disposer d’informations conséquentes sur les congressiste invités, elles restent insuffisantes voire parcellaires concernant les conférenciers, si ce n’est Joseph-Aurélien Cornet (1919 – 2004) qui était Frère des école chrétiennes. Il étudia la philosophie et d’histoire de l’art à l’université catholique de Louvain et par la suite il fut enseignant à l’institut Saint-Luc de Liège. Ce fut en 1964 qu’il partit en République Démocratique du Congo pour y enseigner à l’académie de Kinshasa. Il resta au Zaïre jusqu’en 1992. En 1970, le Ministère de la Culture et des Arts lui proposa de faire partie de l’IMNZ pour la création de sa futur collection, il accepta et en devint le directeur-adjoint et à partir de 1975 son directeur général. Joseph-Aurélien Cornet fut également chercheur sur le terrain, de 1970 à 1994. La quarantaine de missions sur place lui permit de rassembler une importante documentation. Il créa un centre de documentation consacré à l’art traditionnel regroupant de la documentation de première main (enregistrement audio de musique traditionnelle, des photographies et des films)4. En 1972, Joseph-Aurélien Cornet était l’un des quatre membres de l’AICA section Zaïre. Il avait déjà écrit ouvrage et fait des publication sur le Zaïre et plus particulièrement sur l’art traditionnel.

Deux conférenciers étaient assistants à l’IMNZ, Lema Gwete et Safiri-Losima Nzembele, sans que nous en sachions d’avantage pour la période concernée quant leurs démarches, seulement que Lema Gwete publia un livre en 1986 sur L’art et le pouvoir dans les sociétés traditionnelles , thèmequ’il traita lors de sa conférence en 1973. Par contre pour Nda-Ngye-Mpia nous ne possédons pas d’information.

En ce qui concerne la période contemporaine, la rencontre entre les conférenciers et les invités concernait à la fois les arts plastiques, les mass media et la musique. La photographie fut oubliée. Pourtant, même si le thème de la photographie ne fut pas présenté, Klaus Paysan5 fut invité. C’était un photographe allemand qui fit une centaine missions en Afrique. dont les commandes de Volkswagen, d’AG et de Daimler AG lui ont assuré le financement ainsi qu’Agfa pour l’Afrikadiarama à la photokina. Dès 1970, son intérêt se tourna en direction de sujets concernant la vie des Africains.

Concernant les arts plastiques, le rapprochement était plus compliqué. En effet, l’orientation impulsée au Zaïre était académique alors que l’Europe, l’Amérique du Nord s’en étaient éloignés depuis longtemps comme il peut être constaté parmi les membres invités. Pierre Gaudibert (1928-2006), était une personnalité avant-gardiste du monde de l’art des années 1967 à 1972. Il créa l’ARC (Animation-Recherche-Confrontation) en 1967, l’un des premiers départements d’Art Contemporain en France qui fut à l’initiative d’expositions telle Salle rouge pour le Vietnam qui regroupa une vingtaine de peintres en 1969, puis La longue marche de Jean Dewasne, toile de deux cent cinquante mètres de long sur la Révolution chinoise6. En 1972 au Grand Palais s’est produit un scandale à l’ouverture de l’exposition 72*72 qui réunissait soixante-douze artistes dont le groupe des Malassis7.

Son séjour en Afrique centrale l’a vraisemblablement marqué puisqu’une vingtaine d’années plus tard, son intérêt se tourna vers l’art africain ; en 1991, il publia l’art africain contemporain aux éditions Cercle d’art. Puis, il dirigea le Musée des arts africains et océaniens de Paris et devint spécialiste des arts africains contemporains.

Un autre immense critique d’art fut invité, Pierre Restany (1930 – 2003)8. Il était historien et critique d’art (au répertoire des critiques d’art). En 1960, il avait fondé le Nouveau Réalisme dont le manifeste est signé par Yves Klein, Tinguely, Arman, Hains, Villeglé, Raysse, Dufrêne, Spoerri qui fut rejoint par des artistes de la création artistique contemporaine : César, Christo, Niki de Saint Phalle. Dès 1968, son livre Blanc-objet blanc consignait ses réflexions sur les structures sociologiques de l’art contemporain. Voyageur infatigable, il remonte le Rio Negro en Amazonie puis porte un intérêt avant-gardiste sur l’art contemporain consacré au continent asiatique.

Ce fut Ndombasi Kufimba Bamba9 qui présenta l’art « moderne » au Zaïre.

René Berger (1915 – 2009) était un spécialiste des mass media. Il fut un écrivain, philosophe, historien de l’art, sémiologue, critique d’art reconnu et influent pour ses études sur la peinture, les techniques informatiques et la communication. Il fut également président d’honneur de l’AICA, l’Association Internationale des Critiques d’Art et président et de l’AICA l’Association Internationale pour la Vidéo dans les arts et la Culture10. Il fut un des acteurs principaux de la mise en place du IIIème Congrès de l’AICA au Zaïre.

Plusieurs conférences se sont tenues sur les mass media, confrontant les avis. Si les conférenciers mettaient l’accent sur le rôle éducatif de la radio et la télévision, René Berger

restait plus circonspect.

Une personnalité comme Minkoff Gérard11 (1937 – 2009) pouvait considérer l’intégralité des présentations (exposition et conférences) concernant la période contemporaine en tant que peintre, graveur, dessinateur, artiste vidéo et photographe. Il fut ultérieurement le cofondateur du centre de la photographie de Genève en 1984.

En ce qui concerne la musique, les invités et les conférenciers ont pu débattre sur l’évolution de ethnomusicologue en regard de la musique occidentale. Parmi les invités figurent Sven Sandström (1942 – 2019)12 qui était un compositeur de musique classique contemporaine influencé par Ligeti et qui a beaucoup écrit pour la scène. Il était chargé par l’UNESCO à travers l’AICA de l’étude sur la documentation de l’art contemporain.

Était invité également LIVIO Antoine E.13 (1937 – 2001) journaliste musicologue, critique de danse Suisse et écrivain. Il avait animé des émission Radio sur le thème de la musique à la radio Suisse Romande, à France Culture et à France Musique. Sur le thème de la danse, cette fois-ci dans les journaux comme la Tribune de Lausanne et leJournal de Genève. Il a fondé l’association Presse musicale internationale (PMI).

Le conférencier présentant la musique était Kazadi Wa Mukuna. Il est un ethnomusicologue, il avait été professeur à l’université national du Zaïre puis professeur et directeur de l’Ensemble africain à la Hugh A. Glauser School of Music à la Kent State University à Kent dans l’Ohio aux États-Unis. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages Characteristic Criteria in the Vocal Music of the Luba-Shankadi Children édité en 1972, African Songs for American Elementary Schools en 1980 (etc.) mais aussi d’articles « Creative Practice in African Music: New Perspectives in the Scrutiny of Africanisms in Diaspora » en 1997, « The Evolution of Urban Music During the 2nd and 3rd Decades (1975-1985) of the Second Republic – Zaire » en 1999, « Ethnomusicology and the Study of Africanisms in the Music of Latin America: Brazil » en 1991 (etc.)14.

Un développement des échanges entre les conférenciers et les invités sera développé avec la présentation des conférences qui mettra en rapport les réflexions des participants.

Il avait été proposé15 par le secrétaire général de l’AICA international, une liste d’invités d’honneur pour le IIIe Congrès extraordinaire de l’AICA qui était composée de Jean Rouch (cinéaste), Jean Laude (spécialiste d’art africain), Maurice Fleuret (critique musical) et Claude Sarraute (critique de danse).

Guy Weelen avait envoyé des invitations à participer au IIIe Congrès extraordinaire de l’AICA à Hugues de Varine-Bohan (directeur de l’ICOM), Bernard Anthonioz (directeur à la création artistique), Jean Barbot (sous-directeur à la création artistique), Monsieur Leclaire, Dominique Ponneau (Inspecteur Général des Musées de Province, musée du Louvre, ne peut pas venir), Marie Louise Lallier (chef du bureau CA3), Monsieur Segaud (directeur de l’équipement au Ministère de l’Éducation Nationale), Monsieur Mitrofanoff (décline l’invitation : concours d’architecture le 30 septembre 1973), Monsieur Bizot (déclina l’invitation).

1SURET-CANALE, Jean, « CORNEVIN ROBERT – (1919-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], http://www.universalis.fr/encyclopédie/robert-cornevin/ , consulté le 19 avril 2020

2Sayed Attia ABUL NAGE, «TAHA Hussein (1889 – 1973) Encyclopaedia Universalis (en ligne) consulté le 19 avril 2020.

3France CULTURE : De la France à l’Egypte : hommage à l’écrivain Taha Hussein (1ère diffusion : 24 mars 1974) Production Hélène Tournaire – Avec Maurice Couve de Murville et Jacques Berque, rediffusion le 13 août 2020. GARBIT, Phillipe, De la France à l’Egypte : hommage à l’écrivain Taha Hussein, 13 août 2020, Les nuits de France Culture, France Culture, https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/de-la-france-a-legypte-hommage-a-lecrivain-taha-hussein-0?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR2igLUnSCqNehtS74l_QIuTNXOaxmYUx4LTbDT74ROIoTGotzl9tjLBbZg#Echobox=1597833066, consulté le 21 août 2020.

4HOLMSTEDT, Birger Leif, « Joseph Aurélien Cornet and His Importance to Classic Congolese Art », Imo Dara [en ligne], mis en ligne le 15 octobre 2017, https://www.imodara.com/magazine/joseph-aurelien-cornet-and-his-importance-to-classic-congolese-art/, consulté le 3 août 2020.

5N. s. « Klaus Paysan ist gestorben », Feuerbach [en ligne], mis en ligne le 3 octobre 2011, https://www.feuerbach.de/aktuelles/news/2011/10/04/klaus-paysan, consulté le 9 mai 2020.

6THORIN, Valérie, « Pierre Gaudibert », jeune Afrique [en ligne], mis en ligne le 1 février 2006, https://www.jeuneafrique.com/60437/archives-thematique/pierre-gaudibert/, consulté le 21 juillet 2020.

7BELLET, Harry, « Pierre Gaudibert, écrivain et critique d’art », Le Monde [en ligne], mis à jour le 30 janvier 2006, https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2006/01/23/pierre-gaudibert-ecrivain-et-critique-d-art_733654_3382.html, consulté le 27 avril 2020.

8PIQUET, Philippe, «RESTANY, Pierre (1930 – 2003), Encyclopaedia Universalis [en ligne], http;//universalis.fr/encyclopédie/pierre-restany/, consulté le 23 avril 2020.

9 BAMBA Ndombasi Kufimba. Anthologie des sculpteurs et peintre Zaïrois, 1987.

10N. s. « BERGER René – (1915-2009) », Encyclopaedia Universalis [en ligne], http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-berger/, consulté le 15 février 2020.

11ROBERT, Arnaud, « Décès du vidéaste Gérald Minkoff », Le Temps [en ligne], mis en ligne le 10 aout 2009, https://www.letemps.ch/culture/deces-videaste-gerald-minkoff-0, consulté le 4 mars 2020.

12MORRIS, Christian, « Sven-David Sandström (1942-2019) », Composition Today [en ligne], mis en ligne le 12 juin 2019, http://www.compositiontoday.com/blog/639.asp, consulté le 3 mars 2020.

13ROTH, Jean-Jacques, « Antoine Livio, une vie en radio », Le Temps [en ligne], mis en ligne le 30 janvier 2001, https://www.letemps.ch/culture/antoine-livio-une-vie-radio, consulté le 10 mars 2020.

14N. s. « Kazadi Wa Mukuna », Kent State University [en ligne], https://www.kent.edu/music/profile/kazadi-wa-mukuna,  consulté 9 mai 2020.

15Lettre de Guy Weelen pour Célestin Badi-Banga, Paris, 23 mai 1973, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 2/2, IIIème Congrès extraordinnaire de l’AICA à Kinshasa (1973).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.