AICA ZAÏRE

La création de la section Zaïre, la programmation de l’événement et ses réactualisations.

Tout commence en mars 1972, avec la venue de René Berger1 qui avait été invité par le Président Mobutu au Zaïre où il anima des conférences suivies de discussions. C’est au cours des conférences et des interviews tenues aux campus universitaire de Kinshasa et de Lubumbashi ; à l’Académie des Beaux-arts de Lubumbashi, à la maison de la presse et à la télévision zaïroise, qu’il engagea l’art moderne dans un contexte mondialisé.

Durant sa présence le Département de la Culture et des Arts2, organisa une quinzaine culturelle consacrée aux arts plastiques zaïrois modernes , la première au Zaïre.

C’est la présence de René Berger au Zaïre qui permit de créer la 45°section de l’AICA.

La section Zaïre de l’AICA connut des rebondissements lors sa création, qui initialement devait l’être grâce à la liste des membres que Joseph-Aurélien Cornet devait envoyer au secrétaire général de l’AICA International, Guy Weelen3. Cependant, cette liste n’indiquait pas les titres ni les fonctions des candidats. Ce fut une lettre de Raoul-Jean Moulin4, secrétaire général adjoint, adressée à René Berger le 14 avril 1972 qui proposa d’envoyer à chaque candidat un questionnaire et une demande de curriculum vitæ pour connaître « leur responsabilité et leurs travaux justifiant leur entrée à l’AICA 5» qui fut retenue. Il s’appuyait sur l’article VIII du règlement pour que chaque candidature soit étudiée par la commission des admissions.

Les candidats devaient remettre leur dossier à l’AICA International avant le 25 juin 1972 pour pouvoir être présentés à la commission des admissions qui se réunissait lors de l’Assemblée Générale à Paris entre le 12 et le 16 septembre 1972. Le dossier de la section Zaïre était également présenté aux membres réunis à l’assemblée générale6. Ce fut le 13 septembre 1972 que la commission des admissions rendit sa décision faisant du Zaïre une nouvelle section.

Avant de développer le IIIe Congrès Extraordinaire de l’AICA de 1973, il faut revenir un instant sur les candidats qui avaient été proposés et ceux qui finalement ont été retenus.

L’A.I.C.A. International avait retenu quatre candidatures sur neuf qui étaient liées au monde de la critique de l’art par leurs productions écrites ou les émissions diffusées.

Le président de la section Zaïre désigné fut Badi-Banga Ne Mwine7. Il avait créé l’émission Le coin des artistes diffusée dès 1970 à la télévision Zaïroise. Il présentait également des émissions sur l’art et l’art plastique, d’une durée de trente minutes, telles Négritude et humanisme, réflexion sur le colloque de Dakar8 en 1971, puis en 1972 des débats sur Les mass media et éducation artistique9, Retour ou recours à l’authenticité en art plastique10, ainsi que sur des artistes comme Liyolo11 (deux émissions, l’une en 1970 et l’autre en 1971), Mwenze Kibwanga12 (émission en 1971), François Ndembe Tamba13 (deux émissions, l’une en 1970 et l’autre en 1972).

Le trésorier de la section Zaïre Léonard Mimpiey Lapeth Impay A N’Go14 réalisait une émission radio sur la culture africaine, Vie culturelle,dont les sujets pouvaient porter sur la différence entre l’artiste et l’artisan dans la société traditionnelle zaïroise15, en 1969, sur les coutumes ancestrales face à la vie moderne16, en 1970, sur l’art Kuba17 en 1971 réalisée en collaboration avec Joseph-Aurélien Cornet ou encore sur la rencontre artistes zaïrois/ Monsieur le professeur René Berger18 en 1972.

Joseph-Aurélien Cornet fut admis à la section Zaïre, bien qu’il n’ait pas évoqué son ouvrage Richesses de l’art négro-africain19paru en 1972. Il avait cependant cité plusieurs parutions notamment un cours pour les étudiants sur L’esthétique20 édité en 1968 ; des articles parus en 1969, « Artistes africains d’aujourd’hui »21 dans Congolia et « Art négro-africain et art nègre »22 dans Congo Afrique et un ouvrage fondamental, l’Afrique Noire au pays du fleuve Zaïre23 en 1972. En effet, lors du congrès extraordinaire de 1973, le Président Mobutu l’avait cité pour appuyer la demande de restitution d’œuvres d’art traditionnelles.

Ndombasi Kufimba Bamba24 fut le secrétaire de la section Zaïre de l’A.I.C.A.. Il avait écrit sur l’art dans trois journaux différents Afrique chrétienne, Elombe et Salongo. Pour Afrique chrétienne, il rédigea « Mort ou survie de l’art Nègre » ?25, en 1971, et « L’évolution de la céramique (au Congo) Zaïre » 26en 1972 ; et pour Elombe « Synthèse des conférences du professeur R. Berger »27la même année.

D’autres candidatures qui révélaient la volonté d’une présence académique28 ne furent pas retenues, celle du professeur à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa et artiste peintre Vital-Marie Mavinga Ma Nkondo Ngwala29 et celle du directeur de la section arts plastiques de l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa et sculpteur académicien, Alfred Liyolo Limbe M’Puanga30. Tous deux n’avaient pas publié d’articles mais avaient participé, collaboré aux émissions télévisées. Ils faisaient partie de l’exposition initiation à l’art plastique zaïrois d’aujourd’hui.

Jean-Étienne Marie Powis De Tenbossche indiquait la présence politique au sein de l’A.I.C.A. section Zaïre. Officier, lieutenant-colonel, aide de camp du chef de l’État (Mobutu), sa candidature fut annoté non recevable puisqu’il n’avait produit aucun écrit31.

Quant à Malangi Bokelenge Lonoh32, il fut refusé33 bien qu’il ait publié les ouvrages Essai de commentaire de la musique congolaise moderne34 en 1969, et Recueil des discours du président Mobutu35.

En ce qui concerne l’approbation des demandes de candidature, les références les plus citées étaient Joseph-Aurélien Cornet, notamment par Jean Étienne Marie Powis de Tenbossche, Ndombasi Kufimba Bamba, Vital-Marie Mavinga Ma Nkondo Ngwala, Alfred Liyolo Limbe M’Puanga. Puis le Colonel Powis de Tenbossche, cité par Ndombasi Kufimba Bamba, Mavinga Ma Nkondo Ngwala et Liyolo. Mais aussi le frère Lafarge (dénommé Frère Bembika) cité par Mavinga et Alfred Liyolo ainsi que le professeur Bol cité par Mavinga Ma Nkondo Ngwala et enfin René Berger cité par le colonel Powis de Tenbossche.

Le comité de l’AICA section Zaïre fut créé le 30 septembre 197236 Il désigna les membres d’honneur qui furent des personnalités proches du pouvoir, Alfred Liyolo et, le colonel Powis de Tenbossche auxquels s’ajoutèrent les membres adhérents qui étaient invités à des conférences-débats mensuelles. Les intervenants des sept conférences abordèrent les thèmes : Qu’est-ce la critique d’art ? par Joseph-Aurélien Cornet, Approche d’une œuvre d’art par Célestin Badi-Banga, Réflexion sur les conférences du professeur Berger à Kinshasa par Ndombasi Kufimba Bamba, La mission de l’artiste africain par Bemba, Problème de l’esthétique nègre par Kangafu, Les droits d’auteur par Biabungana, Humanisme négro africain par Nouvulu. À ces conférences s’ajouta une séance de projection de diapositives commentées sur Velasquez par le colonel Powis de Tenbossche.

Un secrétariat permanent fut mis en place en novembre 1972 par le comité directeur de l’AICA/Zaïre, à la demande de Bokonga Ekanga Botombele37. Il était composé de Léonard Mimpiey Lapeth Impay A N’Go, et de Claude Charlier38. Le secrétariat permanent était sous la supervision de Bokonga Ekanga Botombele et travaillait conjointement avec le comité directeur qu’il avait mis en place39.

Le secrétariat permanent était partenaire du comité directeur de l’AICA section Zaïre pour l’organisation du III° Congrès Extraordinaire de 1973, c’est-à-dire tout ce qui concernait la visibilité de l’événement (les pancartes, les affiches, les catalogues, les banderoles, et des pendentifs, mais également les interview pour informer l’opinion publique), l’organisation du séjour des congressistes (hôtels, visites du parc des Virunga, etc.) mais aussi la préparation des conférences, les interprètes (ils étaient les interprètes de l’UNESCO, etc.) et le complément des conférences (supervision du spectacle de théâtre Ambeya, montage des expositions d’art traditionnel et moderne, supervision et réalisation du catalogue d’exposition initiation à l’art plastique zaïrois d’aujourd’hui).

Le comité directeur de l’AICA/Zaïre se soucia également d’initier à l’art les élèves hôtesses (ce que fit Madame Kandi, fonctionnaire aux éditions Lukole)40.

La communication entre les différents acteurs pour la préparation du III° Congrès Extraordinaire s’était établie entre l’AICA section Zaïre et l’AICA International mais aussi avec le Commissaire d’État à la Culture et aux Arts. Ce fut le cas concernant le projet de programme du congrès extraordinaire, dans sa lettre du 25 janvier 197341 adressée à Bokonga Ekanga Botombele. René Berger avait suggéré des changements puisque le projet de programme contenait l’Assemblée Générale qui ne pouvait pas avoir lieu au Zaïre étant donné que celle-ci était prévue en Yougoslavie et il proposa à la place du 16 septembre en matinée un entretien consacré aux films d’art et aux problèmes de la radio et télévision. Le 17 septembre serait consacré entièrement aux Mass Media, les exposés sur l’art en Amérique latine et en Asie devraient supprimés.

Le 12 février 197342, Guy Weelen envoya un courrier à Célestin Badi-Banga Ne Mwine pour lui signaler la lettre du 25 janvier 1973 de René Berger et lui faire part de ses suggestions concernant le programme, il remplacerait les matinées concernant l’assemblée générale du 16 et 18 septembre par des matinées libres.

La programmation du IIIème Congrès extraordinaire de l’AICA à Kinshasa prévoyait les dates du 10 au 23 septembre 1973.

Le thème du IIIème Congrès Extraordinaire L’A.I.C.A. à la rencontre de l’Afrique fut choisi par l’AICA section Zaïre, étant le premier se tenant en Afrique et parlant d’art Africain, mais plus particulièrement d’art zaïrois.

Ce congrès fut organisé en deux temps distincts, le premier consacré aux conférences sur l’art africain du 11 septembre au 17 septembre 1973 et le deuxième à la visite du Parc National des Virunga (qui devint Patrimoine Mondial de l’UNESCO, en 197943).

Le 10 septembre aurait du être consacré à l’arrivée des congressistes mais un retard d’avion les fit arriver le 12 septembre à 03 heures du matin.

Le programme des conférences se déroulant du 11 septembre au 17 septembre 1973 fut remanié.

Le thème Mass Média fut abordé dès le 11 septembre 1973 avec un cycle de trois conférences. Le jour même Télévision zaïroise et éducation artistique par Célestin Badi-Banga44et L’éducation artistique par la radio par Léonard Mimpiey Lapeth Impay A N’Go et le 15 septembre avec la conférence La télévision et le cinéma au Zaïre présentés par Mimpiya Akan Onun A Ngwon45.

Les deux dernières journées ont été déprogrammées. Celle du 16 septembre 1973, avec l’intervention de Léonard Mimpiey Lapeth Impay A N’Go sur le thème de l’art à la radio et l’autre l’art à la télévision par Célestin Badi-Banga. Ce même jour, était prévu également un Entretien sur les films consacrés à l’art par Monsieur Landau46. Celle du 17 septembre 1973, art et cinéma par Monsieur Kwamy47, devait évoquer l’éducation artistique par le cinéma.

L’ouverture du congrès prévue le 11 septembre 1973 par le Président Mobutu fut empêchée et ce n’est que le 12 septembre après-midi que le Président prononça son discours. Dans la soirée du 11 septembre 1973 N’Djoli48 projeta un film présentant les caractéristiques du Zaïre (projection notée dans le programme). Le matin du 12 septembre 1973 ne subit pas de changements, fut maintenu le discours de Bokonga Ekanga Botombele suivi de la visite de l’exposition d’art traditionnel intitulée Trésors de l’art traditionnel ainsi que la conférence de Joseph-Aurélien Cornet l’art africain49 suivi d’une discussion. Il n’a pas été rapporté que la visite guidée prévue dans l’après-midi des jardins présidentiels l’art des jardins, ait eu lieu. Ce que nous savons, c’est qu’une conférence qui n’était pas prévue au programme fut donnée par Bokonga Ekanga Botombele nature et portée de la Révolution culturelle au Zaïre sous la dynamique impulsion du général Mobutu Sese Seko.

Le programme de la journée du 13 septembre 1973 fut respecté, en matinée une conférence fut donnée par Safiri-Losima Nzembele50 concernant la protection des œuvres artistiques anciennes et contemporaine en République du Zaïre et l’après-midi une conférence sur musique et folklore zaïrois51 par Kazadi Wa Mukuna. 52, suivie d’une discussion. En soirée, les congressistes avaient assisté une pièce de théâtre AMBEYA suivie d’une table ronde,

Comme prévu, le 14 septembre 1973 Lema Gwete53 a tenu la conférence Art traditionnel et sociétés Africaines54. Mais Ndombasi Kufimba Bamba présenta l’Art zaïrois moderne.enremplacement de la conférence du festival d’art national par Joseph-Aurélien Cornet etNdombasi Kufimba Bamba.

Le 15 septembre 1973 aurait dû être évoqué la notion d’authenticité par Bokonga Ekanga Botombele. La conférence fut remplacée par celle de Mimpiey. L’après-midi, ce fut la visite de la ville de Kinshasa et de ses habitants.

Du 18 septembre au 22 septembre, les congressistes s’envolèrent pour Goma et visitèrent le superbe Parc National des Virunga.

« Attirer l’attention sur sa politique culturelle et renforcer son leadership panafricain et international55 » telle fut la volonté du Président Mobutu qui fit de l’image du congrès AICA à la rencontre de l’Afrique un temps fort de la politique culturelle au Zaïre invitant les plus grands noms de la critique d’art internationale à y participer. Le Président ouvrit le congrès le 12 septembre 1973 avec un jour de retard par un discours important mettant l’accent sur restitution des œuvres.

Si à l’époque, cette question ne connut pas le retentissement attendu, il n’en demeure pas moins que la question est plus que jamais d’actualité. Pour cet événement le régime de Mobutu avait dépensé beaucoup d’argent mais par la suite l’AICA section Zaïre, eut peu d’aides financières.

Le discours du Président était inauguré par une représentation de quarante-cinq minutes de chants et de danses traditionnels pour célébrer le Chef de la Tribu, et qui portaient une signification claire. Mobutu représentait l’unique Chef d’une seule Nation, d’une seule tribu, le Zaïre pour réunir les ethnies autour du concept de l’authenticité. À l’international, le New York Times souligna cette intention : « une démonstration incontestablement valable de la vitalité des arts traditionnels au service d’une identité nationaliste révolutionnaire. »56.

Ce congrès extraordinaire avait réuni 17 ramifications de l’AICA dont au total la venue au Zaïre de 135 délégués57. Les ramifications présentes furent la République Démocratique d’Allemagne, la République Fédérale d’Allemagne, l’Argentine, la Belgique, le Brésil le Canada, la Grande Bretagne, les États-Unis, la France, Suisse, la Hollande, l’Italie, le Japon, le Mexique, la Yougoslavie, la Suède, la Roumanie. À ces congressistes, il eut la présence des délégués de l’UNESCO, de l’UNICEF, et de l’unité Africaine.

1René Berger (1915-2009) était un écrivain, historien de l’art, philosophe et critique d’art Suisse. N. s, « BERGER René – (1915-2009) », Encyclopaedia Universalis [en ligne], http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-berger/, consulté le 15 février 2020.

2Séance inaugurale de l’an II de l’AICA/Zaïre de Célestin Badi-Banga, Kinshasa, 14 décembre 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CON028, CON028-7.

3Guy Weelen (1919-1997) était un écrivain et critique d’art. Il fut le secrétaire général de l’AICA de 1971 à 1978. « Guy Weelen », Archive de la critique d’art [en ligne], https://www.archivesdelacritiquedart.org/auteur/weelen-guy?r=true, consulté le 15 février 2020.

4Raoul-Jean Moulin (1934-2014) était un écrivain, commissaire d’exposition et critique d’art français. Il avait effectué son service militaire en Afrique occidentale de 1953 à 1954. Il fut en Côte d’Ivoire de 1955 à 1958 et fondateur avec d’autres personnes et chroniqueurs de la radio Abidjan de 1955 à 1957. Raoul-Jean Moulin revint à Paris en 1958, c’est alors qu’il rejoint, à la demande Jean Rouch, le comité du film ethnographique du Musée de l’Homme. De 1972 à 1978, il fut le secrétaire général adjoint de l’AICA. N. s. « Biographie de Raoul-Jean Moulin », MAC/VAL [en ligne], http://www.macval.fr/IMG/pdf/Biographie_Raoul-Jean_Moulin.pdf, consulté le 28 février 2020.

5Lettre de Guy Weelen pour René Berger, Paris, 14 avril 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, courriers (1972-1975).

6Lettre de Guy Weelen pour Gwete Lema, Paris, 24 mai 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, courriers (1972-1975).

7Célestin Badi-Banga Ne Mwine (1944-2013) était en 1972, journaliste, rédacteur, producteur TV et poète. Fiche biographique de Célestin Badi-Banga Ne Mwine, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

8BADI-BANGA, Ne Mwine Célestin, Négritude et humanisme, réflexion sur le colloque de Dakar, 1971, Le coin des artistes, Télé Star. Fiche biographique de Célestin Badi-Banga Ne Mwine, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

9BADI-BANGA, Ne Mwine Célestin, Mass media et éducation artistique, deux débats, 1972, Le coin des artistes, Télé Star. Fiche biographique de Célestin Badi-Banga Ne Mwine, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

10BADI-BANGA, Ne Mwine Célestin, Retour ou recours à l’authenticité en art plastique, débat, 1972, Le coin des artistes, Télé Star. Fiche biographique de Célestin Badi-Banga Ne Mwine, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

11BADI-BANGA, Ne Mwine Célestin, LIYOLO (Alfred), artiste-sculpteur, 1970, Le coin des artistes, Télé-Star. Fiche biographique de Célestin Badi-Banga Ne Mwine, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

BADI-BANGA, Ne Mwine Célestin, LIYOLO (Alfred), sculpteur hier et aujourd’hui, 1971, Le coin des artistes, Télé-Star. Fiche biographique de Célestin Badi-Banga Ne Mwine, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

12BADI-BANGA, Ne Mwine Célestin, MWENZE KIBWANGA, artiste-peintre, 1971, Le coin des artistes, Télé-Star. Fiche biographique de Célestin Badi-Banga Ne Mwine, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

13BADI-BANGA, Ne Mwine Célestin, TAMBA (François), artiste-sculpteur, 1970, Le coin des artistes, Télé-Star. Fiche biographique de Célestin Badi-Banga Ne Mwine, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

BADI-BANGA, Ne Mwine Célestin, TAMBA (François) aujourd’hui, 1972, Le coin des artistes, Télé-Star. Fiche biographique de Célestin Badi-Banga Ne Mwine, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

14Léonard Mimpiey Lapeth Impay A N’Go (1936- ) était journaliste, producteur et réalisateur d’émissions culturelles à la radio : vive la culture, mais aussi écrivain, poète, conférencier. Fiche biographique de Léonard Mimpiey Lapeth Impay A N’Go, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

15MIMPIEY Lapeth Impay A N’Go, Léonard, Différence entre l’artiste et l’artisan dans la société traditionnelle zaïroise, 1969, Vie culturelle. Fiche biographique de Léonard Mimpiey Lapeth Impay A N’Go, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

16MIMPIEY Lapeth Impay A N’Go, Léonard, Coutumes ancestrales face à la vie moderne, 1970, Vie culturelle. Fiche biographique de Léonard Mimpiey Lapeth Impay A N’Go, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

17MIMPIEY Lapeth Impay A N’Go, Léonard, Art Kuba, avec la collaboration du R.F.J. Cornet, 1971, Vie culturelle. Fiche biographique de Léonard Mimpiey Lapeth Impay A N’Go, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

18MIMPIEY Lapeth Impay A N’Go, Léonard, Rencontre artistes zaïrois/Monsieur le professeur René BERGER, 1972, Vie culturelle. Fiche biographique de Léonard Mimpiey Lapeth Impay A N’Go, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

19CORNET, Joseph Aurélien, Richesses de l’art négro-Africain, Le Caire, pères jésuites, 1972

20CORNET, Joseph-Aurélien, Esthétique : cours à l’usage des étudiants de 5ème secondaire, Kinshasa, Centre de recherches pédagogique, 1968.

21CORNET, Joseph-Aurélien, « artistes africains d’aujourd’hui », Congolia, août 1969, 2, p. 21-26.

22CORNET, Joseph-Aurelien, « art négro-africain et art nègre » Congo-Afrique, 1969, n°38, p. 400-406.

23CORNET, Joseph-Aurélien, Art de l’Afrique Noire au pays du fleuve Zaïre, Bruxelles, Arcade, 1972.

24Ndombasi Kufimba Bamba (1937- ) avait été pendant cette période un céramiste, professeur à l’Académie des Baux-arts de Kinshasa, il collaborait aux émissions « coin des artistes » et « chroniqueur des Beaux-art », il été également membre de l’Académie Internationale de la Céramique. Fiche biographique de Ndombasi Kufimba Bamba, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

25BAMBA, Ndombasi Kufimba, « Mort ou survie de l’Art Nègre ? », Afrique Chrétienne, 1971.

26BAMBA, Ndombasi Kufimba, « L’évolution de la Céramique (au Congo) Zaïre », Afrique Chrétienne, 1972.

27BAMBA, Ndombasi Kufimba, « Synthèse des conférences du professeur René Berger », Elombe, mai 1972.

BAMBA, Ndombasi Kufimba, « Synthèse des conférences du professeur René Berger(suite et fin) », Elombe, mai 1972.

28Une présence académique qui se confirme avec au sein de l’AICA section Zaïre de Ndombasi Kufimba Bamba.

29Fiche biographique de Vital-Marie Mavinga Ma Nkondo Ngwala, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

30Fiche biographique d’Alfred Liyolo Limbe M’Puanga, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

31Fiche biographique de Jean Étienne Marie Powis De Tenbossche, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

32Malangi Bokelenge Lonoh (1939- ) était un militaire (général de division), communicologue et écrivain. Il avait fait partie de l’ordre des « compagnons de la révolution ». N. s. « Lonoh Malangi Bokelenge », Mukanda [en ligne], http://mukanda.univ-lorraine.fr/auteurs/lonoh-malangi-bokelenge, consulté le 8 mai 2020.

33Fiche biographique de Malangi Bokelenge Lonoh, Kinshasa, 1972, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 1/2, Fiche biographique.

34LONOH, Bokelenge Boseakaly, MABUMBI, Essai de commentaire sur la musique congolaise moderne, Kinshasa, éditions S.E.I./ANC, 1969.

35LONOH, Bokelenge Boseakaly, Recueils des discours et harangues du président Mobutu, Kinshasa, édition S.E.I./ANC, 1971.

36Séance inaugurale de l’an II de l’AICA/Zaïre de Célestin Badi-Banga, Kinshasa, 14 décembre 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CON028, CON028-7.

37Bokonga Ekanga Botombele (1932-2000) avait été le commissaire d’État à la culture et aux arts.

38Claude Charlier était un agent de l’Éducation nationale

39Séance inaugurale de l’an II de l’AICA/Zaïre de Célestin Badi-Banga, Kinshasa, 14 décembre 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CON028, CON028-7.

40Séance inaugurale de l’an II de l’AICA/Zaïre de Célestin Badi-Banga, Kinshasa, 14 décembre 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CON028, CON028-7.

41Lettre de René Berger pour Bokonga Ekanga Botombele, Lausanne, 25 janvier 1973, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 2/2, IIIe Congrès extraordinaire de l’AICA à Kinshasa (1973).

42Lettre de Guy Weelen pour Bokonga Ekanga Botombele, Paris, 12 février 1973, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 2/2, IIIe Congrès extraordinaire de l’AICA à Kinshasa (1973).

43N. s. « Parc National des Virunga », Virunga [en ligne], https://virunga.org/about, consulté le 6 mars 2020.

44Communication qui n’est pas dans les archives de l’AICA.

45Mimpiya Akan Onun A Ngwon ( – ) était journaliste et réalisateur TV.

46Monsieur Landu ( – ) était réalisateur d’émission culturelles à la Télévision.

47Monsieur Kwamy ( – ) était cinéaste et président de l’organisation des cinéastes zaïrois.

48N’Djoli ( – ) avait été commissaire général au tourisme.

49Il n’y eu qu’un changement de titre, il avait été intitulé d’abord Art traditionnel zaïrois

50Safiri Losima Nzembele ( – ) était assistante à l’IMNZ

51Cette conférence ne figure pas dans les archive de l’IMNZ.

52Kazadi ( – ) était professeur de musicologie à l’Université Nationale du Zaïre.

53Alphonse Lema Gwete ( -2004) était assistant à l’IMNZ.

54Dans le programme, elle est intitulé entretien sur l’art traditionnel

55« To draw attention to its cultural politics and to fortily its pan-African and international leadership»,traduit par Anaïs Racine. BEURDEN, Sarah Van, Autentically African, États-Unis, Ohio University Press, 2015, p. 173.

56«an unassailably valid demonstration of the vitality of traditional arts in the service of a revolutionary nationalistic identity», traduit par Anaïs Racine. CANADAY, John, « Kinshasa, Extraordinary Congress », The New York Times, 8 octobre 1973, p. 42.

57Concernant le nombre de congressistes, Sarah Van Beurden avait évoqué environ 150 congressistes dans son ouvrage Autentically African. Le journal de Kinshasa de l’époque, Salongo, avait gonflé le nombre en parlant de 170 congressistes. Le nombre de 135 congressistes vient des archives de l’AICA, de la liste définitive des congressistes. BEURDEN, Sarah Van, Autentically African, États-Unis, Ohio University Press, 2015, p. 173. NSAMA, Bondo, « message aux congressistes de l’AICA », Salongo, n°58, 14 septembre 1973, p.1-2. Liste définitive des congressistes, Kinshasa, 1973-1974 Archive de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 2/2, IIIe Congrès extraordinaire de l’AICA à Kinshasa (1973).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.