HISTOIRE de L’AICA

Histoire de l’AICA.

Pour comprendre l’intérêt mais aussi la difficulté de créer un événement en Afrique de l’ampleur du IIIème Congrès Extraordinaire de l’Association Internationale des Critiques d’Art (AICA) en 1973 à Kinshasa au Zaïre, il faut revenir sur l’histoire de l’AICA. En effet, l’histoire des relations de l’AICA avec l’Afrique permet de comprendre que le congrès extraordinaire s’est inscrit dans la continuité d’un intérêt grandissant que l’Association Internationale des Critiques d’Art portait sur le vaste continent Africain.

L’idée de créer une association réunissant dans des congrès les critiques d’art du monde entier pour conseiller l’UNESCO dans le domaine de l’art fut initiée par Mjomir Vanek, (responsable de la section des Beaux-Arts de l’UNESCO), lors de la première conférence générale du 10 décembre 1947. Il demanda au président du Syndicat Français des Professionnels de Presse artistique, Raymond Cogniat, de prévoir un congrès afin de pouvoir créer une association. Ce congrès qui a réuni trente-quatre pays s’est tenu à Paris du 21 au 28 juin 1948 entérinant la fondation de cette association. Toutefois, c’est le second congrès, du 27 juin au 3 juillet 1949 qui fut considéré comme fondateur. Il avait mis en place les statuts de l’AICA et désigna les membres du bureau dont le premier président fut Paul Fierens. Treize sections nationales furent créées1.

L’AICA est une association de critiques d’art au niveau national et international qui s’est donné pour mission de favoriser la critique d’art en assurant les fondements méthodologiques et en diffusant cette critique par les médias (des publications, etc.). L’AICA met en relation les critiques d’art pour permettre des échanges (que ce soit au niveau national par des réunions thématiques ou au niveau international par des congrès, des assemblées générales ayant pour intention une compréhension et un rapprochement des cultures. Les échanges font évoluer la critique et font interagir des critiques d’art en relation2..

Chaque année est organisée une Assemblée Générale depuis 1949 mais c’est à partir de 1982 que les congrès internationaux s’annualisent. Le Congrès et l’Assemblée Générale s’organisent dans le même lieu mais qui change chaque année, Paris en 1949, Amsterdam en 1951, Istanbul en 1954, Tel Aviv en 1963, Caracas en 1983, Los Angeles en 1991, Tokyo en 1998, etc3.

Se sont tenus également trois congrès extraordinaires, le premier, en 1959 au Brésil, le second au Canada en 1970 et le troisième au Zaïre en septembre 1973. Mais, l’assemblée générale s’est tenue à New York en 1959, et à Zagreb en mai juin 19734.

Mais que peut-on dire de l’implantation de l’AICA en Afrique ?5

Le premier et le dernier événement exceptionnel à ce jour organisé en Afrique fut le IIIème Congrès Extraordinaire de l’AICA en 1973 à Kinshasa, bien que l’AICA ait porté depuis les années soixante6 jusqu’à aujourd’hui un intérêt constant au continent où elle a voulu ouvrir des sections, même lors de situations compliquées.

Ce fut le cas en 1963, l’AICA avait créé un nouveau poste qui était « Secrétaire Régional d’Afrique » portant la mention spécifique « Maroc », attribué à Gaston Diehl7 alors Attaché Culturel à l’Ambassade de France au Maroc à Casablanca, poste qui ne fut pas repris à son départ en 1966. Ce qui implique que les volontés d’échanges culturels sont parfois liées à l’implication de personnalités et d’initiatives individuelles.

Malgré tout, l’AICA marqua sa volonté d’organiser des congrès en Afrique après celui de Kinshasa. René Berger8, avait été proposé à Léopold Sédar Senghor lors de la création de la section Sénégal en 1977, d’organiser un IVe Congrès Extraordinaire qui serait dans la continuité de celui de Kinshasa mais celui-ci ne fut pas concrétisé.

Généralement des troubles d’ordre politique ont rendu la réalisation de projets difficile comme ce fut le cas en 2002 où un congrès devait se tenir à Abidjan (Côte d’Ivoire). Contrairement à celui de Kinshasa en 1973, il aurait du être « le premier réellement décidé et discuté au préalable par les membres de l’AICAlors des séances plénières du Conseil d’Administration »9, cependant le 19 septembre 2002 un conflit civil éclata, et par prudence le bureau de l’AICA avait décidé d’abandonner ce programme. Furent en revanche, planifiés un symposium (du 25 au 29 juin 2003) et un séminaire (du 2 au 3 juillet 2003) à Dakar. Pour les mêmes raisons d’autres séminaires ont été annulés en Afrique.

En ce qui concerne la création des sections en Afrique, la première créée fut celle d’Afrique du Sud aux alentours des années 1950 mais elle fut dissoute en raison d’une décision l’UNESCO en 1971 de marquer que cette année était une « Année de lutte contre le racisme et l’apartheid ». Cette section à ce jour ne fut pas rétablie même lors de tentatives de l’AICA International. Cette première section fut complètement oubliée, ce qui se confirma dans les courriers pour la création de la section zaïroise évoquée comme étant la première section.

À ce jour, l’AICA ne compte que deux sections actives sur le continent Africain qui sont la Côte d’Ivoire et le Maroc. Dans certains pays africains, le nombre insuffisant de critiques d’art ne permet pas d’ouvrir une section. Toutefois, les personnes souhaitant adhérer à l’AICA sont dirigées vers l’open section.

S’il existait des difficultés à organiser des congrès en Afrique, les thèmes se rapportant à ce continent étaient pris en considération et abordées, comme ce fut le cas lors des congrès de Lisbonne, l’un en 1976 qui traita de L’art moderne – L’art noir africain : relations réciproques ; et l’autre en 1986 qui traita de La culture africaine et les cultures Occidentales où Joseph-Aurélien Cornet a tenu une conférence sur  L’influence européenne sur l’art africain moderne10.

L’AICA décerna des prix sur le continent Africain, dans des contextes parfois compliqués. Ce fut le cas lors de la 7ème édition de la Biennale d’Art Contemporain du Caire de 1998 où un prix devait être attribué à la jeune création artistique11. La justification des choix du jury fut rendu délicat raison de l’opération américaine Fox Desert et de la relation rompue entre l’Égypte et les États-Unis12.

1 LASSALLE, Hélène, « Historique de l’AICA France 1949 – 1990 », AICA France [en ligne], https://www.archivesdelacritiquedart.org/wp-content/uploads/2017/06/AICA-France-Historique-1949-1990-Helene-Lassalle.pdf, consulté le 27 décembre 2019.

2 N. s., « Statuts et missions », AICA France [en ligne], https://aicafrance.org/statuts-et-missions/, consulté le 27 décembre 2019.

3 LORANT, Lola, « Chronologie des congrès et assemblées générales de l’AICA, 1948-2015 », PRISME [en ligne], mis à jour le 20 novembre 2018, https://acaprisme.hypotheses.org/1224, consulté le 5 janvier 2020.

4 Ibid.

5TIO BELLIDO, Ramon, « AICA et l’Afrique », AICA [en ligne],mis en ligne le 21 août 2019, https://aicainternational.news/blog/aicaafrique, consulté le 5 janvier 2020.

6Pas avant les années soixante dans le fait que la grande majorité des pays africain étaient colonisés et l’expansion de l’AICA vers ce contient n’était pas favorisé par le contexte politique.

7Gaston Diehl (1912-1999) était un professeur d’histoire de l’art et un critique d’art français. Le ministère des affaires étrangères l’avait nommé Attaché Culturel à l’Ambassade du Venezuela à partir de 1950. À Caracas, il avait dirigé l’Institut franco-vénézuélien et y avait été professeur d’histoire de l’art à l’École des Beaux-arts. De 1959 à 1966, il avait été nommé Attaché Culturel à l’Ambassade du Maroc. À partir de février 1966 et jusqu’en 1977 à Paris, il avait dirigé le bureau des expositions de l’Action Artistique au Ministère des Affaire étrangères. N. s. « Gaston Diehl », Archives de la critique d’Art [en ligne], https://www.archivesdelacritiquedart.org/auteur/diehl-gaston, consulté le 28 février 2020.

8Lettre de René Berger pour Célestin Badi-Banga, Lausanne, 5 avril 1977, Archives de la critique d’art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 2/2, courriers (1976-2003).

9 TIO BELLIDO, Ramon, « AICA et l’Afrique », AICA [en ligne],mis en ligne le 21 août 2019, https://aicainternational.news/blog/aicaafrique, consulté le 5 janvier 2020.

10Communication de Joseph-Aurélien Cornet, XXe Congrès de l’AICA, Lisbonne, 1986, Archives de la critique d’art, FR ACA AICAI THE CON042, CON042-11/13.

11Le prix devait être remis lors de biennale par le mécène japonais Maître Kaii Higashiyama (1908-1999)

12TIO BELLIDO, Ramon, « AICA et l’Afrique », AICA [en ligne],mis en ligne le 21 août 2019, https://aicainternational.news/blog/aicaafrique, consulté le 5 janvier 2020.