EXPOSITION :Trésors de l’art traditionnel, Kinshasa, 1973

II 3 L’exposition : Trésors de l’art traditionnel

La visitede l’exposition Trésors de l’art traditionnel à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa le matin du 12 septembre 1973, eut lieu après le discours inauguration de Bokonga Ekanga Botombele et avant la conférence de Joseph Aurélien Cornet Approches de l’art négro-Africain. L’exposition resta ouverte au public du 13 septembre au 18 octobre 1973.

Dans son discours Bokonga Ekanga Botombele1 inclut cette exposition dans le Congrès Extraordinaire, l’AICA à la rencontre de l’Afrique la considérant comme une rencontre entre le passé exprimé par l’art traditionnel.

Bokonga Ekanga Botombele supposait que pour avoir une connaissance absolue de l’art traditionnel, il fallait l’observer in situ, lors de son utilisation. Dans les musées, les œuvres d’art étaient isolées de leur environnement pour ne laisser place qu’à l’esthétique.

L’exposition avait été rendue possible par la création de l’IMNZ qui, durant trois ans, opéra un rassemblement d’œuvres traditionnelles typiques de l’ensemble du Zaïre qui était dans un processus de finalisation en 1973. Les responsables de l’IMNZ, pour ici, leur première exposition ont marqué leur volonté de présenter une partie des collections, « les meilleures pièces. Récoltées »2

Sarah Van Beurden3, nuança cette intention affirmant que le directeur de l’IMNZ, Monsieur Lucien Simon Cahn, ne voulait pas programmer cette exposition en raison de la surcharge de travail de son personnel qui était constitué de « trois étrangers et de huit assistants zaïrois »4, et que la collection de l’IMNZ, comprenant vingt cinq mille pièces, ne possédait pas un nombre suffisant de « grandes pièces » traditionnelles. Pour celles qu’elle possédait, Lucien Simon Cahn ne pouvait pas se permettre de risquer leur sécurité. Néanmoins, il obtint l’appui du Commissaire de la Culture et des Arts, Bokonga Ekanga Botombele qui permit la mise en place de l’exposition.

Concernant le titre de l’exposition Trésors de l’art traditionnel, le mot Trésors renvoyait à des sens différents, c’est-à-dire qu’il évoquait la valeur culturelle (multiples œuvres d’art traditionnel) mais aussi la valeur financière ou économique qui n’était pas ignorée du régime de Mobutu.5

L’art traditionnel, au singulier, faisait référence aux œuvres des quatre cents ethnies du Zaïre. Mais lors de l’exposition, seulement vingt-trois ethnies furent représentées dont quatre quantitativement plus que les autres dont les Kuba (trente et une œuvres d’art), les Kongo (représenter avec dix-huit pièces), et les Pende (avec quinze œuvres d’art) et les Leele (avec douze pièces d’œuvres d’art).

C’est ainsi que cent trente-quatre pièces sur vingt-cinq mille conduisirent à penser que cette exposition était partielle et ne présentait pas de bilan de l’art traditionnel. Elle était partielle non seulement par le nombre limité de pièces exposées mais aussi par l’approche esthétique, présentant le chef-d’œuvre et écartant la présentation de la diversité de l’art traditionnel du Zaïre. Ce rapport à l’esthétique réduisait l’art traditionnel à l’art (Kuba, Kongo, etc.)6.

Certaines des cent trente-quatre œuvres d’art étaient uniques, introuvables ailleurs. l’IMNZ voulait rivaliser avec d’autres musées, étant à la pointe de la recherche scientifique avec l’étude des collections par des jeunes chercheurs, dont les sujets portaient sur la culture matérielle des Teke, les masques mbuyu des Pende, les vanneries des Kongo.

L’exposition Trésors de l’art traditionnel permettait d’illustrer ce qui était évoqué sur l’art traditionnel au cours des conférences. Le choix de l’esthétique ne revenait-il pas à considérer ce que Giulio Carlo Agran avait évoqué sur les expositions en Europe où les visiteurs « ne parviennent pas à placer ces objets dans leur véritable contexte, malgré les étiquettes indiquant leur pays de provenance »7. La réponse fut négative, non seulement par la localisation de l’exposition (le Zaïre) et par les conférences et donc les explications mais aussi par une contextualisation concernant cet art traditionnel.

Le « catalogue analytique », présentait les fouilles de l’âge de fer et les objets de vingt-trois ethnies. Un focus sur chaque œuvre inscrivait le nom de chaque œuvre, le numéro attribué par l’IMNZ, sa composition, sa dimension, la zone de découverte8, augmenté d’une courte explication et/ou description. Une lettre et un numéro accolés à la description permettaient de rapporter l’œuvre du « catalogue numérique » au « catalogue analytique ».

À la fin du catalogue d’exposition, une iconographie présente dix-neuf œuvres d’art de onze ethnies dont quatre objets d’art Kongo (chasse-mouches, trompe traversière, poire à poudre et crucifix), deux objets d’art Pende (un masque Fumbu ya mfumu et une statue), deux objet d’art Suku (un masque Hemba et un masque Pakasa), deux objets d’art Kuba (un objet de prestige et un masque), deux objets d’art Luba (statuette Kamuanya Kahombe et une table rituelle, Lukasa), deux objets d’art Hemba (une statuette d’ancêtre, lusingiti et un masque soko mutu), un objet d’art Yaka (un tambour à fente, Nkonke Ngombo), un objet de culte, un Nzambi de l’art Holo, un masque de l’art Tshwa, un masque Pwo de l’art Tshokwe et une coupe de l’art Nkutshu.

Les invitations envoyées à chaque congressiste étaient accompagnées d’un programme du congrès qui était soit en français, soit en anglais, augmenté d’une iconographie différente (celui en anglais n’avait pas la même iconographie que celui en français).

En regroupant l’iconographie des deux programmes, furent présentées dix-huit œuvres d’art traditionnelle et deux œuvres modernes qui avaient été des peintures de Mode Muntu (non présenté lors de l’exposition d’art moderne).

Il n’existait pas toujours de rapport entre les œuvres présentées dans ce programme et dans le catalogue, voire même à l’exposition. Un masque de l’ethnie des Pende pumbuya mfumu présenté dans les deux, programme et catalogue, mais représentation photographique n’est pas identique (fig. 11 et 12)). Il était photographié dans le catalogue d’exposition de face sur un support métallique alors que le masque du programme était à mi-profil sur une table.

Les œuvres d’art traditionnelles à l’Académie des Beaux-arts de Kinshasa étaient « elegantly presented, Under spotlights, in a grey ambience and a reverential atmosphere»9. Cette façon de montrer les œuvres se retrouvait dans l’iconographie du catalogue d’exposition, elle présentait une œuvre dont le fond était la plupart du temps gris clair, à l’exception de deux œuvres, le masque fumbu ya mfumu et de la statue de l’ethnie Pende sur fond blanc.

L’Exposition ouverte du 13 septembre au 18 octobre 1973 était réalisée à l’attention des congressistes mais aussi à celle de la population zaïroise, comme il était spécifié dans l’introduction du catalogue « les habitants de Kinshasa auront l’occasion d’admirer… »10, sans précisions sur les modalités de visites.

Trésors de l’art traditionnel avait été apprécié  par les congressistes. Dans une lettre du 26 septembre 1973 envoyée à Bokonga Ekanga Botombele, Guy Weelen écrivit « cette merveilleuse exposition d’art traditionnel présentée au nouveau musée dont la beauté et l’intensité obligeaient les congressistes à parler à voix basse comme lorsque l’on se trouve dans un lieu sacré. »11, dans d’autres lettres également on retrouve cet enthousiasme contrairement à l’exposition d’art moderne qui n’était pas ou peu évoquée.

II 4 Le IIIème Congrès extraordinaire de l’AICA en 1973 à Kinshasa : un immense événement pour quelles conséquences sur l’art traditionnel ?

1Compte rendu 1 du congrès, 12 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6.

2Compte rendu 1 du congrès, 12 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 2.

3VAN BEURDEN, Sarah, Autentically African, États-Unis, Ohio University Press, 2015, p. 176.

4Compte rendu du congrès, 13 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 7.

5VAN BEURDEN, Sarah, Autentically African, États-Unis, Ohio University Press, 2015, p. 176.

6Trésors de l’art traditionnel, (cat. expo., Kinshasa, IMNZ (Académie des Beaux-arts), 13 septembre au 18 octobre 1973), Kinshasa, IMNZ, 1973.

7Compte rendu du congrès, 13 septembre 1973, Kinshasa, 1973, Archives de la Critique d’Art, FR ACA AICAI THE CONO28, CONO28-3/6, p. 10.

8Exemple : « B 23 statues funéraires – Ntadi – numéro IMNZ : 73.162.4

Stéatite – traces de peinture noire – hauteur : 276 mm

Zone de Boma »

Trésors de l’art traditionnel, (cat. expo., Kinshasa, IMNZ (Académie des Beaux-arts), 13 septembre au 18 octobre 1973), Kinshasa, IMNZ, 1973, p. 17.

9BEURDEN, Sarah Van, « Elle est également présentée, sous les projecteurs, dans une ambiance grise et une atmosphère révérencielle », Autentically African, États-Unis, Ohio University Press, 2015, p.176.

10Trésors de l’art traditionnel, (cat. expo., Kinshasa, IMNZ (Académie des Beaux-arts), 13 septembre au 18 octobre 1973), Kinshasa, IMNZ, 1973, p. 5.

11Lettre de Guy Weelen pour Bokonga Ekanga Botombele, Paris, 26 septembre 1973, Archives de la Critique d’Art, ADM008131-32, Zaïre/RDC 2/2, IIIe Congrès extraordinaire de l’AICA à Kinshasa (1973).